mardi 16 janvier 2018

Une alchimie Triabolique

Ce fut une fin de dimanche idéale au Roudour, un bain musical inspiré et subtil en compagnie des chaleureux musiciens britanniques du trio "Les Triaboliques". Lu Edmonds, Justin Adams et Ben Mandelson ont tous trois vécu et vivent encore mille vies musicales sur tous les continents. Ce trio est la quintessence de toutes les musiques qu'ils aiment et qu'ils maîtrisent superbement.


Les trois musiciens habitent la musique de l'intérieur, avec sincérité et jubilation. Groove africain, épices slaves, chaleur Irlandaise, effluves moyen-orientales et quelques grincements punks en guise de piment parfument leur blues sans frontière. Ils le livrent aux spectateurs avec un humour "so british" mais en Version Française, car ces  véritables écumeurs de sons planétaires, poussent la curiosité et le respect jusqu'à parler notre langue.

Les trois virtuoses ne sont jamais dans la démonstration. Ils sont dans l'épure, dans l'élégance du trait pour élaborer une musique de caractère, un peu râpeuse mais avec une certaine joie malicieuse, à leur image. Des applaudissements nourris et un rappel ont salué le concert de ces trois délicieux briscards du rock-blues.






dimanche 12 novembre 2017

homérique!

C'était un pari que de programmer l'Iliade puis l'Odyssée, deux soirs de rang, dans la version dépouillée et actuelle de la jeune et talentueuse metteure en scène Pauline Bayle. Dès la fin de la première représentation, il fut évident que le pari était gagné. Tout le théâtre a longuement applaudi la performance extraordinaire des cinq jeunes comédiens, intenses et totalement investis dans leurs multiples rôles .

A eux seuls Ils ont incarné Troyens, Grecs et Dieux de l'Olympe avec une puissance magnifique et une humanité bouleversante, faisant fi des genres. Ainsi cette splendide confrontation entre Achille (le Grec) et Hector (le Troyen) deux frères ennemis sous les traits des deux comédiennes. Vigoureuse et resserrée, la mise en scène va à l'essentiel pour mieux transmettre la proximité, la force et l'universalité de ce texte majeur qui en ressort éclairci, abordable et émouvant. 

 L'économie d'effets renforce le texte. Elle laisse du champs à l'imagination. Happé par l'interprétation, le spectateur ressent de la compassion, comprend les colères, s'indigne, éprouve les peurs de ces héros si humains et si proches confrontés à la guerre, à l'exil, à l'errance, à la mort. C'est une puissante épopée pleine de bruit, de fureur et de larmes qui s'est jouée devant 700 spectateurs conquis et quelques peu secoués .





































lundi 23 octobre 2017

love and information. Kaleidoscope multicolore

Jeudi soir, le théâtre de Morlaix était plein à craquer pour l'ultime représentation de "Love and Information" par le groupe Vertigo. Ce bijou de l'auteure contemporaine britannique Caryl Churchill est un défi excitant pour un metteur en scène et son équipe : Les 50 scènes, 50 très courts instantanés incroyables de justesse, doivent se succéder avec une précision horlogère comme autant de pièces de puzzle serties dans sept parties. Le tout forme un kaléidoscope multicolore dont le fil conducteur pose la question de l'information sous toutes ses formes, de la plus triviale à la plus philosophique.

Une revigorante liberté de ton alliée à un esprit de jeu "so british" traversent  les dialogues ciselés par la dramaturge qui a délibérément omis d'indiquer le contexte et de préciser l'identité et le genre des personnages! Il faut donc une belle imagination pour habiller les scènes, pour mettre en valeur l'équilibre entre légèreté teintée d'absurde et tragique enveloppé de comique, voire de burlesque. Il faut également respecter les mystères de cette pièce qui pose plus de questions qu'elle ne donne de réponses, tout cela sans perdre le spectateur. Enfin, les neuf interprètes doivent successivement incarner une centaine de personnages avec une souplesse d'acrobate et opérer les changements à vue sans casser le rythme de cette partition millimétrée.

Pari tenu. Le metteur en scène et sa troupe ont su allier délicatesse et imagination débordante. Surpris et parfois désarçonnés, les spectateurs se régalent à chaque instant. Ils sont sous le charme de l'éclatant plaisir de jouer que montrent les neuf formidables interprètes et ponctuent chaque scène par des applaudissements et murmures appréciateurs. What's next ? Deux CRS en pleine joute verbale sur l’idolâtrie?  Une malade agée qui soudain repousse les draps pour "aller sur facebook"? Un couple hilare interprétant des cryptogrammes à la Monty Python ? deux marins pêcheurs en quête de sens ?  l'incongru est de mise et les dés sont lancés . A chacun de faire son jeu


  les deux CRS sont fan, fan fan

"bon, ben moi je vais aller sur facebook..."

 La vie rêvée des anges

 mon petit poussin
































 la femme ouvre une porte qui donne sur la montagne
 la femme grosse comme une montagne ne peut pas passer par la porte
 The Queen